Shushiya, le plus petit resto japonais de Paris ?

10 couverts. Pas un de plus. Mr Tashishi ne le permettra pas. Dans cette petite rue Pradier qui mène à l’avenue Bolivar, il existe une devanture qui dénote dans le XIXème, dans le Belleville des Wenzhou, une devanture nipponne. Oui un irrésisitble et authentique restaurant  japonais résiste depuis 1989 dans la rue Pradier, le Shushiya.

shushiya-restaurant-japonais (5)

La micro-ambassade du Japon

Et Mr Tashishi n’est pas du genre à faire de chichi concessions. On est déjà content quand on pousse les portes de ce micro-resto de voir qu’il y a de la place sans avoir réservé. D’ailleurs le Sushiya n’est pas un micro-restaurant, mais plutôt une micro-ambassade culinaire du Japon, du Japon des faubourgs de Tokyo, de Tsukiji, le marché au poisson.

shushiya-restaurant-japonais (1)

Avant même d’avoir vu un quelconque sushi, un mot arrive tout de suite : authenticité. Photos d’amis, de vieux journaux japonais, de l’origami… bienvenue au pays du Soleil Levant.

shushiya-restaurant-japonais (11)

shushiya-restaurant-japonais (8)

Authenticité se trouve rapidement rejoint par un autre mot : simplicité. Voyez plutôt le menu :

shushiya-restaurant-japonais (12)

Petit mais costaud

Vous vous dites surement que c’est un peu cher. Mais y a-t-il la qualité derrière ? Nous étions plutôt en mode apéro, nous commandons donc une assiette sushi et deux bières. Bière ou thé ? Pour ma part j’ai choisi. Tiens d’ailleurs, truc sympa : vous pouvez amener sans problème votre bouteille de vin.

shushiya-restaurant-japonais (4)

Quand je demande à Mr Tashishi ce qu’est un chinchard (poisson à la carte des sushi), il m’accompagne gentiment à son tableau de poisson tel un professeur.

shushiya-restaurant-japonais (2)

shushiya-restaurant-japonais (3)

Au dos du menu, vous trouverez le petit mode d’emploi parfait pour déguster un sushi comme il se doit. Et oui on mélange sa petite sauce soja avec son wasabi et c’est dans cette nouvelle sauce que vous trempez votre sushi.

shushiya-restaurant-japonais (6)

Curieux, je vais voir le maitre sushi dans sa cuisine.

shushiya-restaurant-japonais (7)

Nous voici donc devant cette petite oeuvre d’art.

shushiya-restaurant-japonais (9)

L’art du sushi

Il faut bien l’avouer ça change des sushis qu’on trouve trop souvent dans les rues de Paris. Ils sont délicieux. Du riz parfaitement cuit et vinaigré au poisson, très frais et fondant, notamment pour le saumon et ce fameux chinchard. Je me suis régalé, comme j’ai pu me régaler pendant mes 6 mois à Tokyo. Une merveille.

shushiya-restaurant-japonais (10)

Je vous recommande donc chaudement cette expérience culinaire qui vous le détour. Et qui sera un peu moins cher qu’un aller-retour à Tokyo !

Sushiya
12, Rue Pradier,
75019 Paris
Tél : 01 42 02 85 82
Comptez 30€ par personne
Vous pouvez amener votre bouteille de vin
Pas de CB

L’apéro à Mon Coeur Belleville

Ca faisait un petit moment que je n’avais pas organisé d’Apéro du Jeudi dans mon quartier. Erreur réparée jeudi prochain (12 novembre) puisque le tout nouveau Mon Coeur Belleville, nous invite sur les hauteurs de Belleville. L’ex Mer à Boire, l’ex O’Paris est donc devenu un restaurant bar que j’ai hâte de découvrir, le Mon Coeur Belleville.

moncoeur-belleville-restaurant-paris-880x587

L’établissement se situe juste au-dessus du parc de Belleville avec ce superbe panorama (peu connu des parisiens) sur Paris : de la tour Eiffel à Bercy. Pas sûr qu’en ce mois de novembre nous profitions vraiment de la terrasse et donc de la vue mais je sens que cet apéro à Belleville va être particulièrement réussi !

Rendez-vous donc ce jeudi 12 novembre à partir de 19h30 pour l’Apéro du Jeudi à :
MonCoeur Belleville
1, rue des Envierges
75020 Paris
Mo Pyrérnées

Tiens d’ailleurs dis-nous si tu viens directement sur l’évènement Facebook créé pour l’occasion.

Le carrefour rue de Belleville / avenue Bolivar avant/après

Suite de ma balade dans le temps dans le quartier de Belleville. Aujourd’hui nous avons rendez-vous au carrefour de la rue de Belleville et de l’Avenue Bolivar. En haut le carrefour au tout début du XXème siècle et en-dessous le même carrefour aujourd’hui en 2015.

belleville-bolivar-avant-apres

Quelle date pour la carte postale ancienne ?

Pas évident de dater cette carte postale ancienne. La rue Bolivar ne s’est transformée en avenue Bolivar qu’en 1924. La même année que la fermeture du funiculaire dont on perçoit les rails. On devine que l’immeuble qui fait le coin en face de nous, vient soit de voir un étage s’ajouter, soit d’être tout juste achevé. Faudrait retrouver à quelle date a eu lieu la construction de cet immeuble. Encore beaucoup de chevaux dans les rues, même si je ne suis pas expert, je pencherais pour une photo du tout début du siècle 1900-1905.

En 100 ans, rien n’a changé

La structure du carrefour n’a pas changé en 100 ans. Mieux, les deux bars restaurants continuent leur activité de restauration : l’un en restaurant classique l’autre en Mc Do. Seul celui sur la droite de l’écran avec sa petite terrasse s’est reconverti en magasin de vêtements. Pour parfaire la similitude, la colonne Maurice que vous voyez en 1900 existe encore même si elle a grossit et accueille en son sein un kiosque à journaux. D’ailleurs impossible de dire si déjà à l’époque il n’y avait pas un kiosque ici (on ne peut pas voir le kiosque sur la photo de 2015, mais juré il est bien là). Enfin les arbres semblent être les mêmes aussi. Ils ont grandi mais sont exactement aux mêmes emplacements. Bref à part le goudron, les voitures et les gens (et le métro qu’on ne voit pas bien sur la photo de 2015), rien n’a changé en 100 ans à ce carrefour !

 

Les Cris de Belleville

Je suis tombé dessus dans ma petite librairie préférée (le Genre Urbain pour ne pas la citer) : Les Cris de Belleville. Intrigué par ce titre, toujours curieux de ce qu’on peut écrire sur Belleville, je jette un petit coup d’oeil. La 4ème de couv’ m’intrigue un peu plus : histoires de vie et de mort dans le Belleville du XIXème siècle. Le XIXème, siècle d’or pour Belleville qui la jettera dans les bras de Paris. Emballé, c’est pesé.

les-cris-de-belleville

Les Cris de Belleville, c’était pendant un bout de temps mon petit plaisir du soir. Enfin pendant 10 soirées pour être précis. Un tranche de vie dans le Belleville populaire de la Commune, de la révolution industrielle, de la guerre de 70, de l’âge d’or des tavernes et autres cabarets. Du tenancier de bar au jeune communard, de l’hôpital Tenon à la rue de Belleville en passant par la rue de la Mare et la rue Julien Lacroix, on parcourt le quartier, un peu comme si on avait piqué la Delorean du Doc.

journal-des-assassins-paris

Le point de départ ? Une authentique brève d’un journal de l’époque. Le Petit Journal, Le Journal des Assassins, Le Constitutionnel, La Justice… La presse de l’époque donne le ton du livre. Le procédé est pour moi génial : on replonge direct dans l’ambiance du XIXème siècle en parcourant l’Histoire de Paris et les destins personnels des héros du livre, qui sortent eux de l’imagination de l’auteur, Illich L’Hénoret.

En me baladant dans les rues de Belleville, j’ai souvent l’impression de recroiser des personnages du livre…

La Rue de Belleville Avant / Après

Nouvelle catégorie sur Belleville-Belleville.coom : Belleville Avant / Après. Une photo ancienne versus la même photo aujourd’hui. Même si ce concept est très en vogue maintenant, ça fait bien 10 ans que je pense à me lancer dans ces voyages dans le temps à travers les photos pour les lieux qui me parlent. Et voyez-vous, Belleville, ça me parle.

Aujourd’hui, on a rendez-vous au début de la rue de Belleville.

2-rue-Belleville-vers1900-2015

8, de la rue de Belleville – (1903~1914 vs 2015)

Au 8 de la rue de Belleville plus exactement. La photo est prise avec la rue du Faubourg du Temple dans le dos, le regard donc vers le haut en direction de la porte des Lilas. La boucherie sur la droite a gardé sa vocation de commerce de nourriture : aujourd’hui c’est Tang Frères qui y a installé depuis déjà de nombreuses années son traiteur. Juste après on peut voir  « théâtre populaire » : c’est l’entrée des Folies-Belleville, cabaret mythique ouvert dans les années 1840 par les petits-fils de Gilles Dénoyez, cabaretier de son état. C’est d’ailleurs le nom « théâtre populaire » qui nous donne la date de cette photo : les Folies-Belleville ne se sont appelées comme ça que de 1903 à 1914. Le funiculaire s’est quand à lui arrêté en 1924.

A la place de l’entrée du « théâtre populaire », c’est aujourd’hui un supermarché Dia qu’on retrouve dans ce grand volume bien pratique pour un commerce. Comme beaucoup d’ailleurs de cinémas ou salles de spectacle à Belleville et Ménilmontant, qui au début du XXème siècle, devaient être de hauts lieux de la fête parisienne. On devine jsute après l’entrée, le haut-vent du bar des Folies, qui est toujours actif aujourd’hui.  Encore un peu plus loin, c’est le haut-vent (en rose sur la photo) du Au Vieux Saumur qu’on devine. Lui, c’est fini, avec la fin de la rue Denoyez telle qu’on la connait, c’est la démolition qui l’attend.

De l’autre côté de la rue, on contemple tout le changement qu’a connu le quartier dans les années 60 : du 1er au 39 de la rue de la Belleville tout a été détruit. D’ailleurs la rue Jules Romain n’existe pas encore sur l’ancienne photo. Rue agrandie, trottoirs plus larges, on a gagné de la place et « de l’air » sur ce côté là de la rue. D’ailleurs c’est ici que la CFDT a fait construire son immense siège social en 1990.

A bientôt pour une autre photo avant/après de Belleville !

Super Insolite à Belleville

Si vous cherchez des cadeaux insolites et originaux dernière minute à Paris, c’est désormais à Belleville que ça se passe ! Comme vous le savez, ou pas, je m’occupe d’une petite boutique en ligne de cadeaux insolites : Super-Insolite.com. Et nous venons tout juste d’ouvrir notre service de collecte de commande dans le quartier de Belleville.

mug iron man
Mug Iron Man – l’un des produits Super Insolite

Le service ultra pratique pour les cadeaux de dernière minute sur Paris : vous pourrez trouver un petit cadeau pour l’anniversaire ou la crémaillère du soir même.

Comment ça marche ? C’est en fait une sorte de drive de l’insolite ! La plupart de nos commandes sont expédiées par La Poste mais nous proposons à nos clients parisiens de venir retirer leur commande faite sur le site directement dans nos locaux à Belleville donc. Vous passez donc la commande sur le site internet (en choisissant un mode de paiement immédiat) et en 1 heure votre commande est prête et dispo dans nos locaux.

Il est impératif de prendre rendez-vous par téléphone pour venir retirer la commande. Les créneaux horaire de retrait sont les suivant : du lundi au vendredi de 11h à 19h / samedi de 14h à 17h. Des horaires élargies pour vous permettre de venir chercher vos cadeaux même après le boulot.

kit radio cb
Le Kit Radio CB pour smarpthone

Super Insolite est le spécialiste en ligne des cadeaux originaux pour toutes les occasions. Nous proposons des gadgets geek, des cadeaux pour la maison, des déguisements insolites… bref vous êtes sur de tomber sur un cadeau qui va faire plaisir et sourire.

Clap de fin pour la rue Dénoyez et son street art ?

Si vous passez à Belleville, vous ne pouvez pas louper cette petite rue perpendiculaire à la rue de Belleville, cette oasis de couleur et de liberté, dont l’entrée est marqué par les deux bars, le Folies et le Vieux Saumur, la rue Dénoyez. Qu’on aime ou pas les graffitis et tout le street-art de cette petite rue, il faut reconnaître qu’elle fait parti intégrante de ce souffle de liberté et artistique qu’on reconnait à Belleville.

rue_denoyez-belleville

Une rue qui à force de marquer son indépendance sur les murs (la voirie ne nettoie plus les graf’) est même dans les guides touristiques. Mais depuis quelques années, un projet immobilier soutenu par la Mairie est sur la table. Un crèche, des logements sociaux, il est certain que ça ferait du bien au quartier. Mais malheureusement le côté artistique risque de disparaître avec l’expulsion des associations d’artistes. Le dialogue a l’air d’être rompu entre les artistes et la Mairie et le 31 mars à 14h, la Mairie a prévu de murer les ateliers d’artistes. Un mouvement s’est organisé pour essayer de sauver la rue Dénoyez.

rue_denoyez-belleville5 rue_denoyez-belleville4  rue_denoyez-belleville2

Un vieux débat en fait à Belleville (bon vous allez me dire c’est le dilemme de toute ville) : le progrès avec des logements salubres ou garder l’esprit de Belleville dans les années 60 ? logements sociaux ou street art en 2015 ? On aimerait évidemment que les deux soient possibles. D’ailleurs quand on sait que la rue porte le nom de la taverne Dénoyez, ancêtre des Folies et haut lieu de fête au début du XIXème siècle, on trouve le sort réservée à cette rue un peu cruel. Cette rue de liberté et de couleur manquerait beaucoup au quartier. 

rue_denoyez-belleville3

L’Apéro du Jeudi fête le Nouvel An Chinois à Belleville

Comme l’année dernière, l’Apéro du Jeudi vient poser ses verres à Belleville pour fêter le nouvel an chinois le jeudi 19 février. C’est au Guo Min, l’un des plus anciens restaurants asiatiques du quartier, qu’on va trinquer à cette nouvelle année de la chèvre en bois. Au menu le Guo Min nous propose tout ce qu’il faut pour réussir notre apéro nouvel an chinois : assiette de tapas chinois, cocktail maison bières asiatique et cadeaux traditionnels offerts toute la soirée dont un joli filet garni made in Guo Min.

apero nouvel an chinois

Vous passez nous voir ? On y est le jeudi 19 février à partir de 19h30, confirmez-nous sur Facebook votre venue !

Guo Min
39, rue de Belleville
75019 Paris
Mo Belleville

Parsi-Belleville, aller direct pour les cuisines du Vietnam

Juste en bas de chez moi, la petite cantine vietnamienne Paris-Belleville est une découverte permanente. Dans le coin on pourrait plus parler de « mères chinoises » qui tiennent les cantines, là c’est papa viet’ ! Sur 15m2, derrière un comptoir et ses lunettes, le chef vous accueille les mains dans le wok brûlant. D’ailleurs c’est là où il est le meilleur.

paris_belleville

pho_bobun_rue_belleville5

 

Ce soir là je voulais sortir du traditionnel Bo Bun (si j’avais pu me marier avec un Bo Bun je l’aurais fait). Je suis parti sur un Bun Tom Nuong Cha Gio (9.50€). Si, si tu sais : vermicelles, nems poulets et crevettes grillées. Très proche de l’arôme du Bo Bun, ce petit plat est une tuerie.

bun_tom_nuong_cha_gio_belleville

 

L’autre plat : le fameux Hu Tieu Xao Tom (8.50€)  (si, si tu sais : pâtes de riz, crevettes) était lui aussi bien réussi.

 

hu_tieu_xao_tom_belleville

 

Pour les Banh Cuon (5€) (les crêpes vietnamiennes), on s’est fait plaisir mais on aurait préféré une pâte un poil plus fine.

banh_cuon_crepe_vietnamienne_belleville

J’ai commencé cet article en vous disant que cette cantine est une découverte permanente : la carte est impressionnante et heureusement les photos sont là pour nous orienter. Et pour nous donner faim. Très.

pho_bobun_belleville2  pho_bobun_belleville

Autant vous dire tout de suite, régulièrement je retournerais au Vietnam, en tout cas dans ses cuisines. Et avoir le Vietnam en bas de chez soit, c’est ça aussi Belleville.

Un apéro à la Fontaine Henri IV ?

Tiens ça faisait longtemps que je n’avais pas organisé un apéro du jeudi à Belleville. Ce jeudi nous allons au coeur du quartier, rue des cascades, au 42 bis précisément. Là-bas, dans ce virage, il y a deux choses. Tout d’abord un regard du XVIIème, le regard St Martin. Il permet de surveiller l’une des nombreuses sources d’eau de Belleville qui alimentaient le centre de Paris, dont le prieuré St Martin-des-champs.

Regard_Saint-Martin

 

Et tout à côté se trouve un tout petit bar, la Fontaine Henri IV. Le bar de Zoubir, un Kabyle qui tient le baraque depuis 1989. Libé a fait un papier en 2000 sur la Fontaine Henri IV. Un tout petit bar à l’ambiance surréaliste avec une belle terrasse sur la rue. La rue qui est en dans le quartier un véritable spectacle. J’avais pris quelques photos lors d’une belle soirée d’été.

belleville_fontaine_henri_iv belleville_fontaine_henri_iv2 belleville_rue_cascades belleville_rue_cascades2

 

Alors on se voit jeudi ?
L’invitation est ici.