photo ancienne carrefour de belleville

13 ans que je vis à Belleville et comme dirait Cole Sear dans le film 6ème Sens : je vois des fantômes partout. Non pas que j’ai des pouvoirs spéciaux ou des hallucinations. Non je les cherche ces petits fantômes. Chaque fois que je sors du métro pour « remonter » la rue de Belleville, je m’imagine les vies d’avant, les histoires, le passé, si riche de ce quartier populaire et de caractère de Paris.

Du coup ça fait un petit moment que je collectionne les photos anciennes de Paris et notamment celle de Belleville.
A la base mon projet était de faire pour chaque photo un avant/après. J’ai pu en faire deux : l’un à l’angle rue de Belleville et de l’avenue Simon Bolivar, l’autre au milieu de la rue de Belleville.

Mais le temps file et je n’ai pas pu publier régulièrement ces avant/après. Je me suis donc décidé à faire un article dédié à mes plus belles photos anciennes du bas Belleville sans forcément les coller à une photo d’aujourd’hui.

Quand je dis « mes plus belles photos anciennes de Belleville », c’est celle que j’ai sur mon ordinateur collectée ici ou là, notamment sur la page Facebook John d’Orbigny Immobilier, une vraie mine d’or.

Le carrefour de Belleville, descendant de la célèbre courtille

Et je commence cette série d’articles dédiée à Belleville à travers le temps et les photos par le commencement : la place de Belleville.

Pour être franc, je ne connaissais pas le nom actuel de cet endroit. Pour moi c’était le carrefour de Belleville.

Un grand carrefour qui réunit les 4 arrondissements : 10ème, 11ème d’un côté du boulevard vers la rue Faubourg du Temple et 19ème et 20ème de l’autre côté en remontant la rue de Belleville.

Mais ce carrefour là est depuis longtemps important dans la vie parisienne. 

De la fin du XVIIIème siècle à 1860, c’était la Courtille. Le lieu de fête, et de débauche, du Paris du XIXème siècle.
En effet, Belleville se situait juste après la barrière de l’octroi qui se matérialisait à l’entrée du métro actuel.

Au-delà de cette barrière d’octroi, les bars et restaurants qui n’étaient alors plus dans Paris mais à Belleville, ne payaient pas la taxe de l’octroi sur les marchandises.

Résultat, les goguettes se multiplient juste après la barrière pour permettre aux parisiens de faire la fête à moindre coût.

Les plus grandes fêtes y étaient organisées : on y buvait la piquette, ce petit vin blanc pétillant dont le raisin venant des pentes de Bellevillle, on y dansait, beaucoup.
Le légende veut même que l’expression french cancan eut été inventée ici par un journaliste anglais.

Le carnaval de Paris y trouve ici sa plus grand parade, la descente de la Courtille, chaque année le matin du mercredi de cendres de 1822 jusqu’à 1860.

descente de la courtille Belleville
La Descente de la Courtille par Célestin Nantueil vers 1840

 

La Descente de la Courtille en 1823 par Artus Despagne
La Descente de la Courtille en 1823 par Artus Despagne

 

Et bien au lieu de descendre la Courtille et se diriger vers Paris, nous allons la remonter. Oui tournons nos yeux vers l’est, sur cette fameuse montée de la rue de Belleville pour y découvrir 10 photos à travers les années pour découvrir l’évolution de ce carrefour si emblématique du Paris populaire.

La Courtille de 1910 à 1977

1910 – Au Point du Jour

photo ancienne carrefour Belleville 1910
Le carrefour de Belleville en 1910

Nous sommes ici sur le boulevard au milieu du carrefour. En face derrière le petit groupe de personnes, la direction de la Villette.
A gauche, rue Faubourg du Temple, à droite, la rue Belleville qu’on aperçoit naissante.

Tout de suite le bar du Point du Jour s’impose comme un repère dans ce carrefour. Il nous servira bien pour voir évoluer le carrefour. Jusqu’à sa disparition sur les photos récentes.

Le carrefour de Belleville vers 1920 ?

Pas évident de dater cette photo (je n’ai pas son auteur non plus). Le tramway est là (il monte jusqu’à Jourdain), il a été actif de 1891 à 1924 et faisait le trajet entre République et Jourdain.

photo ancienne carrefour de belleville

Le carrefour de Belleville en 1933 par Jean Roubier

En 33, plus de tramway mais pas encore de métro (la ligne 11 est inaugurée en 1935). Les voitures remontent la rue, et le Point du Jour est toujours là fièrement.
On aperçoit la Halle aux Chapeaux plus haut comme un rappel de l’immense pub sur l’immeuble du Point du Jour.

carrefour-belleville-Jean Roubier1933
Le carrefour de Belleville en 1933 par Jean Roubier

Le métro de Belleville en abri en 1944

Pendant la guerre, la station de métro Belleville a fait parti des nombreuses stations transformées en abri anti bombardement. Ce sont des photos de la RATP. La 1ère a été prise avec la Villette dans le dos en regardant dans la direction de Couronnes. Sur la gauche on reconnait le Point du Jour.

Sur la droite, on reconnait les toits de l’école de dessin avec ses cheminées en briques.

 

 

Abri au métro Belleville en 1944
metro Belleville 2020
La même bouche de métro en 2020
Abri au métro Belleville en 1944

 

Le carrefour dans les années 50

L’immeuble du Point du Jour a perdu ses pubs et des couleurs.

Le carrefour vers 1950

Le carrefour de Belleville de la rue Faubourg du Temple en 1965 par Jean-Baptiste de Baudouin

Le quartier s’apprête à vivre sa plus grande transformation avec nombre de démolitiosn. La Vieilleuse, l’autre bar du carrefour, qui fait face au Point du Jour est encore là mais plus pour longtemps, les fenêtre de l’immeuble derrière semblant déjà en 1965 être « nues ».
Au fond on devine le cinéma Pathé Belleville situé au 23-25 rue de Belleville.

Le carrefour de Belleville-Photo Jean-Baptiste de Baudouin-1965

Le carrefour de Belleville dans les années 70 avec Serge Degoud

1976, les démolitions ont commencé dans le quartier, en premier lieu sur l’îlot Rebéval, un espace compris entre la rue de Belleville, la rue Rampal, la rue Rebéval et le boulevard de la Villette. La photo ci-dessous regarde en direction du boulevard de la Villette justement.

Sur la droite Belleville. On voit au fond l’une des premières tours du quartier. Et quelques vieux immeubles encore debout. On peut supposer que notre bar repère, le fameux Point du Jour n’existe plus.

carrefour belleville avant après boulevard villette
Photo du haut : 1973 par Serge Degoud vs photo du bas 2020

 

 

point du jour démoli
Notre bar du Point du Jour prêt pour la démolition. Difficile de dater précisément la photo. Surement au tout début des années 70. Il n’empêche, ça fait un petit pincement au coeur de voir cet immeuble qui marquait si bien l’entrée dans Belleville dans cet état et condamné.

On finit cette première série en 1977 avec la photo ci-dessous. Devant vous la rue de Belleville. Sur la gauche, on voit bien que notre Point du Jour a disparu. Et avec lui tout l’îlot Rebéval. Le premier immeuble sur la gauche n’est pas encore fini, on reconnait plus haut les courbes blanches de l’immeuble du 17 de la rue Belleville.

La Vieilleuse sur la droite, elle, est toujours debout. Mais plus pour longtemps.

début rue de belleville avant après
En haut 1977 toujours par Serge Degoud, en bas 2020 par moi

Je vais surement ajouter à cet article bientôt des photos du Belleville d’aujourd’hui avec le même cadrage. Vous verrez, le bas Belleville n’a plus grand chose à voir avec ces photos.

Quand je revois toutes ces photos quelque chose me frappe : les immeubles sur la gauche de la rue de Belleville, notre fameux Point du Jour par exemple, n’avaient pas l’air d’immeubles, particulièrement insalubres, petits, mal construits, en déliquescence.

Evidemment je ne suis ni urbaniste, ni architecte, et je sais bien qu’à l’intérieur de cet îlot Rebéval par exemple se trouvait des arrières-courts, des passages comme le passage Kuszner, qui devaient être insalubres ou tout du moins irrécupérables.

Mais de mon petit immeuble où je vis depuis presque 15 ans, un peu plus haut dans la rue de Belleville, construit entre de 1850-1860, et où moi-même et mes voisins sommes très bien, je me pose des questions sur les réelles motivations des destructions de ces immeubles du bas Belleville, gardiens d’une certaine histoire du quartier.

A suivre justement, un article entier dédié à cet îlot Rebéval.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *