Les bisounours de Belleville

Si on parcours ce blog, on a plutôt une belle image de ce quartier « historique » de Paris. J’ai évidemment plutôt envie de parler ici de ce qui me plait sur ce petit bout de terrain unique selon moi à Paris : le brassage qui me fascine ici entre maghrébins, chinois, cambodgiens, africains bref… le brassage; l’animation de ce quartier qui depuis le XVIIème siècle accueille troquets, petits théâtres, restaurants; justement des restaurants asiatiques à tomber par terre… de quoi faire un blog. Mais voilà aujourd’hui, je voulais quand même vous dire, que Belleville n’est pas tout à fait le monde des bisounours. Et non. Je ne vous parlerais pas cette fois des prostituées chinoises du boulevard de la Villette qui à 4h du mat par -10°C travaillent, je ne vous parlerais pas du marché de la misère sur ce même boulevard… non je vous parlerais juste de ce que j’ai vu tout à l’heure, et ce que j’avais vu quasiment dans les mêmes conditions il y a quelques mois : une triste et banale agression. Mais avec un scenario bien précis : une bande qui attend au carrefour de la rue Rebeval et de la rue de Belleville; on sent que quelque chose se prépare et puis tout d’un coup  ça part. A 4 ou  2, ils se ruent sur la victime, chinoise, et sur les 2 agressions que j’ai vu, des personnes âgées. Le stratagème est simple : les chinois se baladent toujours avec beaucoup de cash et il est très compliqué d’aller porter plainte pour quelqu’un qui n’a pas de papiers. Nickel. C’est exactement ce que dénonçait la communauté chinoise en avril 2010 lors de cette manifestation à Belleville dont je vous avais déjà parlé. Tout cela étant dit, je n’ai jamais eu de soucis de sécurité directement ici, les enfants jouent, l’ambiance est plutôt bonne dans la rue, et il n’y a pas de voitures brûlées, ni à Noel ni au nouvel an (enfin je crois). Mais bon, il fallait vraiment que je vous dise qu’il n’y a pas que des bisounours à Belleville.

Manifestant chinois à Belleville en avril 2010

3 Responses to “Les bisounours de Belleville”

  1. […] dont Ménilmuche s’est aussi fait l’écho. J’en parlais déjà dans les Bisounours de Belleville ou encore lors des manifestations de 2010 à Belleville, mais l’insécurité est parfois […]

  2. Avatar Sarawak dit :

    Bonjour,

    Je tombe par hasard sur cet article en surfant un peu pour voir comment ça se passe dans le quartier : je me suis fait « tirer » mon vieil (vraiment très vieux et tout cassé) Iphone hier soir à l’angle Rébeval / Equerre par une bande de pré-ados de 12-14 ans…
    J’ai pleurniché, discuté, dit plusieurs que mon téléphone était bon pour la poubelle, supplié qu’on me laisse au moins la carte sim, un des gamins, visiblement secoué par mon attitude, m’a dit : « on va te le rendre », après que son copain me l’a eu définitivement arraché. Il s’est retourné un dernier coup avant que toute la bande ne se carapate vers la rue de Belleville.
    Des gens sont arrivés trois secondes après, beaucoup de passants les ont vu courir, j’ai fait un peu le tour ensuite pour voir si je les retrouvais mais, un vendredi soir à minuit, il y en a du monde…

    Ils m’ont fait peur juste parce qu’ils étaient cinq, trop nombreux donc pour être prévisibles, mais en vrai ce sont des petits garçons, trois petits Arabes et deux noirs. Celui qui m’a pris le téléphone a eu beaucoup de mal à me l’arracher. L’Arabe me le pique, le noir me prend en pitié, et après, qu’est-ce qu’il se passe ?

    ça n’a pas vraiment une tête de vol, et pourtant ça peut tourner mal. Ce matin j’avais des contusions et évidemment la visite au commissariat central du 19e m’a plutôt achevée, car c’est me semble-t-il un des endroits les plus inquiétants de Paris.

    Ma question maintenant est : ces gamins le font-ils surtout pour s’amuser, se prouver quelque chose ? Est-ce qu’ils sont du quartier ?
    Est-ce qu’il y a une espèce de code d’honneur ? Pourquoi ont-ils pris la peine de discuter, même moins d’une minute ?

    Finalement j’aimerais beaucoup les retrouver maintenant parce que tout ça m’a donné l’impression de ne pas vivre dans le quartier – alors que j’y habite depuis plus de quinze ans…

    Evidemment si j’avais pu retrouver l’objet avec mes données personnelles ça serait pas mal aussi.
    Quand le gosse m’a dit qu’il allait revenir je me suis dit que c’était plausible et puis je les ai vus partir quand même très vite… Et tous ces passants.
    Ils sont sûrement eu la trouille, et en même temps ça donne l’impression d’une scène de chasse à la gazelle dans la savane : comme un épisode de vie quotidienne presque normale, en un rien de temps c’est fait, ils repartent faire les imbéciles ailleurs, et je suis sûre qu’ils ne sont pas si loin.

    Vraiment, il y a plusieurs vies parallèles ici. Je pense que, pendant quelques jours ou même semaines, je vais me mettre à parler à tous les groupes de jeunes que je verrai rue Rébeval…

  3. […] que vétustes. Aujourd’hui la piste criminelle semble être privilégiée (et la question de l’insécurité à Belleville va ressortir) mais on peut regretter que des immeubles reconstruit dans les années 60 ne comporte […]

Leave a Reply

See also: